~ƴ~
20190304.gif
crédit image : juliendouvier.com
~ƴ~

C‘est avec mon bien-être autant qu’avec le feu
Qu’elle joue, ajoutant au joug de mes pensées
D’affreux rires sans gêne ; et réprimant ce vœu :
Pallier mes douleurs aussitôt commencées !

Parce que son bonheur chérit la liberté,
Elle émigre, faisant du nid qui nous abrite :
Un éden aboli, nu, tari, déserté,
Vieux jardin fatigué, que la chlorose habite

Et tout semble éloigné, pour lors que je suis seul ;
Car l’Espoir est vaincu de surseoir à l’absence !
Par ce jour expirant, je lui tisse un linceul…

Avec plus de regrets qu’au temps de sa présence.

~ƴ~

© Yánnučój WĄTESŻĄ 05/03/2019

Poème protégé par le Code de la Propriété Artistique et Littéraire [ version consolidée au 11 mai 2017 ] Reproduction interdite sans autorisation écrite de l’auteur.

12 réflexions sur “L’éden aboli

  1. Bonjour cher Yannucoj, 🙂

    Trop fort {L’EDEN ABOLI}, qu’est à l’anagrammatique du Sandor au près,
    … { BE … LOIN DE LÀ } … ¡ !!

    Alors bon, ;-), même pas grave , …

    < (…)C’est alors, c’est alors, c’est alors, c’est alors
    Que m’éblouit l’aurore
    Cordiales salutations

    1. Bien vu, l’anagramme ! J’y aurais jamais pensé.
      Merci pour le trait d’esprit, ainsi que pour la découverte musicale, c’est un commentaire une fois encore, bien argumenté.
      Bien amicalement.

  2. Il est curieux de constater que parfois une absence fait plus de bruit qu’une présence.
    Une mélancolie que le poète se doit de conjurer en ensemençant le jardin de nouvelles fleurs de toutes les couleurs 🙂
    Ça tombe bien, c’est bientôt le printemps !
    Comme toujours, j’aime te lire. C’est très beau, même la tristesse est obligée de sourire.
    Bonne soirée cher Yann et Biz de Dom

    1. C’est ta compatriote Sandor, qui m’a filé le bourdon, Dom ! 🙃🐝
      Mais, je crois qu’il y a un proverbe Anglais qui dit :
      No rain, no flowers ! 🌦🌈🌼🌻
      Un grand merci pour la lecture et pour le gentil mot déposé, j’apprécie.
      Bien amicalement. 🐱

      1. Ah oui, Sandor, je connais, mal, mais je connais.
        Côté proverbe, moi j’aime les fleurs et j’aime la pluie ! Comme ça je ne suis jamais déçue 🙂
        Biz et à bientôt ! Je t’imagine au milieu de ton champ de mots et me réjouis de voir quelle sera ta récolte !

    1. Accepter de regarder une situation d’un autre point de vue, celui de la personne en face de soi, desserrer l’étau, renoncer à tout contrôler… Pour en fin de compte, digérer la défaite !
      C’est exactement ce que j’ai voulu exprimer, Manouchka, tu as bien vu.

      Merci pour ce regard attentionné et attentif sur ma poésie, j’apprécie.
      Bien amicalement.

Dites quelquechose :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s